Accueil
search
19 mars 2019

Un Maker Camp avec le Coq Sportif

Parce que nous plaçons la relation designer/entreprise au cœur de notre pédagogie, nous cherchons sans cesse à challenger nos étudiants à travers des cas concrets pour une pratique professionnelle active.

C’était d’ailleurs le cas les 11 et 12 mars dernier, puisque les étudiants de première année ont participé, aux côtés des étudiants en management de SCBS, à un maker camp autour du textile connecté pour un commanditaire de choix : le Coq Sportif !

 

C’est David Pécard, Directeur du Textile du Coq Sportif qui a lancé l’événement à la Technopole de l’Aube, en présentant à l’assemblée d’étudiants, l’entreprise, ses valeurs et l’importance de la technologie sur la partie textile de la marque. « Aujourd’hui, pour tout ce que nous développons, nous avons besoin de savoir ce que vous attendez de nos produits, pour pouvoir aligner la production et la vente. C’est une chance de pouvoir travailler sur un sujet comme celui-ci. »

Au programme des 48h de cet événement pédagogique innovant : brainstorming, découverte de la technologie des makey makey grâce l’association En piste l’artiste, initiation au pitch, expérimentation de la méthodologie de projet, business plan, et tout ça, dans un but précis : apporter une réponse concrète à la commande de l’entreprise.

« Ce type de dispositif offre un environnement favorable aux échanges et à la transversalité. Nos étudiants apprennent à agir ensemble, à se nourrir des compétences de profils différents des leurs pour co-construire dans une vision collective. » se félicite Séverine Nomdedeu, directrice de l’école. Un avis partagé par Morgane, en première année de bachelor pour qui « la collaboration avec les étudiants managers a permis de nous ouvrir à d’autres disciplines car en tant que designer, on a tendance à se concentre sur les usages et le design du produit sans aborder pour l’instant l’aspect marketing ou commercial. »

13 équipes mixant des étudiants designers et managers se sont formées et ont planché sur le sujet en liant la technologie des makey makey avec le textile.

« Nous avons demandé aux étudiants d’aborder le sujet en open innovation sous 3 angles distincts : l’angle fonctionnel (à quoi va servir le makey makey ?), l’angle technique (comment s’effectue le lien entre le makey makey et l’objet textile ?), et l’angle esthétique, symbolique et sémantique pour connecter le projet à la marque. » nous explique Maxime Beaulieu, conseiller pédagogique à l’école de design.

Cette méthode pédagogique, à la manière des start’up week-end, offre aux étudiants la possibilité d’appliquer les connaissances acquises en classe en situation concrète de commande comme nous le décrit Valentin, étudiant de première année : « On a eu des cours liés aux makers mais pendant ces deux jours on a pu concrètement expérimenter les makey makey. C’était super intéressant de voir comment cette technologie fonctionne, de pouvoir faire des expériences. On a pu prototyper notre projet et voir toutes les possibilités qu’offre ce procédé ! »

Ces deux journées de collaborations ont vu émerger des propositions pertinentes et très variées autour du textile social, du textile pensé pour la gamification, du textile médical, du textile environnemental… Autant d’hypothèses intéressantes pour l’entreprises et qui s’inscrivent dans une vraie démarche de recherche et développement.

C’est finalement « Reload », le projet d’Alexandra, Clément, Hugo, Manon et Valentin, tourné vers la sobriété énergétique grâce à une basket avec batterie intégrée permettant le rechargement en marchant qui a fait l’unanimité du jury et des étudiants.

Retour sur ces 2 journées intenses en vidéo :