Accueil
search
7 juin 2019

Jardins, Jardin : nous y sommes !

Jardins, Jardin ?

C’est un événement dédié au jardin urbain et au design extérieur qui se déroule chaque année dans les jardins des Tuileries à Paris. Au fil des années, l’événement a évolué, et depuis 2009, a été créé le bosquet des innovations qui offre une sélection de projets innovants d’artistes, et également un laboratoire des innovations ouvert aux étudiants pour phosphorer sur les questions du jardin et des extérieurs. Il accueille cette année, 8 écoles qui y exposent le fruit de leurs travaux et réflexions.

Si loin, si proche

Jardins Jardin lançait cette année, un appel à projet très large autour d’une réflexion entre l’homme, la nature, le milieu urbain, la nature dans le milieu urbain pour créer des natures urbaines. C’est dans ce cadre que l’équipe pédagogique de l’École Supérieure de Design de Troyes a proposé aux étudiants de travailler sur cette thématique. “Dans un premier temps, nous avons laissé émerger des projets avec la vingtaine d’étudiants de 2e année du Bachelor. Suite aux premières propositions, nous avons cherché à regarder ce qui les liait ? Et il est apparu évident que c’était le questionnement sur la distance que l’homme prend avec la nature et particulièrement lorsque l’on est en ville.” nous précise Nathalie Savary, responsable pédagogique.

Ainsi donc est né “Si loin, si proche”, le cahier d’idées retenu par le bosquet des innovations.

7 concepts qui interrogent à différents niveaux

Les 7 projets étudiants sont présentés au moins visuellement, et certains d’entre eux ont été maquettés à l’échelle 1 pour présenter les idées qui émergent chez les jeunes générations car ces étudiants ont entre 19 et 22 ans.

À travers ces questions de proximité, il y a en filigrane tout un tas d’interrogations pour les générations qui arrivent, à savoir, la gestion écologique du rapport à la nature: la gestion de l’eau, comment les plantes se régénèrent, comment on en prend soin, comment elles font partie de notre environnement et comment on les respecte ?

Ainsi, sont présentés jusqu’à dimanche :

Aroma : un hamac autoportant agrémenté d’une poche de substrat sur laquelle pousse des plantes aromatiques délivrant leurs effluves au gré du balancier.

Belvédère : série de piédestaux qui proposent divers cadrages pour guider le regard sur un élément du paysage.

Jardins + ou – suspendus : jardinières en kit qui accueillent faune et flore suspendues au-dessus de nos têtes, à hauteur d’œil ou s’offrant à notre regard plongeant.

Le Faunatoire : un duo de nid, un nocturne, un diurne, qui propose à la “faune” humaine de s’installer pour observer la faune urbaine qui l’entoure.

S garden : un système d’assises organiques modulables surplombées de plantes aux vertues multiples pour offrir un cocon de nature.

Terrarium : sorte de traversée du miroir pour une observation souterraine et aérienne de notre environnement.

Et Jeu d’eau.

“Quand le sujet nous a été soumis, ce qui nous a emballé c’est de choisir les thématiques sur lesquelles travailler. En proposant “jeu d’eau”, nous sommes parties sur un projet immersif lié à l’amusement mais avec une portée éducative et écologique pour les enfants. On souhaitait aller au-delà de la simple aire de jeu” explique Marie, étudiante du bachelor. “L’ensemble des jeux constitue un parcours qui grâce à la force cinétique produite par le jeu des enfants, vient arroser les plantes d’un parc depuis la réserve d’eaux pluviales. Pour imaginer les différents éléments des 4 jeux qui composent notre projet, nous nous sommes inspirées de systèmes existants : la vanne pour le Tourniqu’eau et Labi’eau, Pompassoire utilise le système de pompage, et Oh eau haut est basé sur un système de pression.” poursuit Alice, co-réalisatrice du projet.

On vous attend jusqu’à dimanche pour découvrir tout ça !