Accueil
search
11 décembre 2018

Design in the Shell : le Green IT par Florian Bratec

Florian Bratec est cofondateur d’Altermaker, une start-up dont l’ADN est d’allier le côté green/écoresponsable et l’IT. À la fois éditeur de logiciels et détenteur d’un savoir expert sur le green IT, la start-up accompagne entreprises et organisations dans la réduction de l’empreinte énergétique des technologies de l’information.

Dans le cadre de la semaine du numérique “Design in the Shell”, il est venu ce lundi décrypter les enjeux du green IT pour nos étudiants.

 

Le green IT : décryptage.

Le green IT c’est l’idée de s’interroger sur les impacts environnements et sociaux des technologies de l’information. Par exemple un site web va consommer des ressources sur un serveur, on va utiliser des équipements (un ordinateur, un téléphone, une tablette) et il y des impacts associés à tout ça : de l’énergie, des émissions de CO2. La question qui se pose est comment faire pour rendre cette technologie la moins énergivore possible ? Pour cela on distingue aujourd’hui 3 approches :

Green IT 1.0 : c’est la solution intuitive et basique de se poser la question de quoi est faite la technologie? Comment on peut la changer ? au niveau de son code par exemple pour la rendre moins énergivore.

Green IT 1.5 : ici on se demande comment la technologie peut aider une organisation ou une entreprise à être moins impactante ? Par la mise en place du télétravail par exemple et donc limiter les déplacements, l’utilisation du carburant…

Green IT 2.0 : il s’agit ici d’utiliser la technologie pour limiter l’impact d’un autre produit. Par exemple, équiper une voiture d’un GPS qui propose d’emprunter un trajet plus écologique parce que moins d’arrêts, moins de côtes… ça aussi c’est une démarche de green IT.”

 

Quels sont les enjeux du green IT aujourd’hui ?

Des enjeux il y en a beaucoup et sur tout le cycle de vie d’une technologie. De l’extraction des matières premières pour la créer, l’utilisation de métaux rares, sur la fabrication ; comment on va produire des téléphones ? sans engendrer le travail d’enfants par exemple. Des enjeux sociaux, des enjeux liés à l’usage parce qu’il y a des impacts potentiels sur la santé avec des radiations. Mais aussi des impacts liés au transport, à la distribution de la technologie, parce que l’on a besoin de satellites, de câbles sous-marins, on a besoin de tout un tas de choses pour être tous connectés ! Enfin, des impacts liés à la fin de vie puisque les déchets d’équipements électriques et électroniques sont aujourd’hui difficiles à traiter, on les entasse dans des décharges sans pouvoir utiliser les éléments qu’il y a dedans. Et à mon sens, l’enjeu majeur du green IT va être de travailler à la transformation de tous ces déchets en ressources.”

 

Dans quelle mesure le designer peut intervenir ?

“Le designer à selon moi le devoir de devenir responsable, et donc conscient de ces phénomènes et de ces enjeux. Il doit être capable d’identifier les enjeux environnementaux et sociaux qui sont liés à la conception de son produit, notamment s’il y a de l’IT dedans. Et de pouvoir ensuite agir en conséquence, c’est-à-dire pouvoir se focaliser sur les bons enjeux et déployer les bonnes méthodes et les outils associés pour prendre en considération le problème.

 

Quelle réponse le designer va-t-il pouvoir apporter ?

“J’ai personnellement un background plus spécialisé sur la conception mais côté ingénierie donc les designers ça me parle. Les ingénieurs en conception ont plutôt tendance à se focaliser sur la fabrication du produit, et ce qui est intéressant avec les designers, c’est qu’ils ont une vision plus large. Ils intègrent les notions d’usage, et précisément dans les technologies de l’information, l’usage est un vrai point clé puisque les impacts qui y sont associés dépendent beaucoup de ce qu’on en fait. Quand on met une technologie dans les mains de quelqu’un, ce qu’elle en fait et comment elle l’utilise, sont des questions qui ont beaucoup de sens. C’est important pour moi de pouvoir sensibiliser les étudiants car cette thématique assez récente est un point clé dans la pratique de leur métier. C’est d’ailleurs ce que l’on attendra du designer de demain.”